Je viens de terminer la lecture de ce livre, écrit par Annick Cojean et publié en 2018 par les éditions Grasset & Fasquelle, le Monde.

Je l'ai lu comme certains mangent un mille-feuille. Plutôt que d'appuyer avec le tranchant de la cuillère pour sectionner la pâtisserie, ce qui endommagerait l'ensemble, ils le dépiautent de la couche supérieure à la couche inférieure.

Chaque soir, j'ai découvert une nouvelle rencontre. C'était fascinant. Je m'étais dit que je prendrais des notes parce que certains éléments m'ont beaucoup touchée mais finalement, une fois la quatrième de couverture refermée, je n'ai plus trouvé le courage d'ouvrir le livre à nouveau. Il faut dire que beaucoup de livres m'attendent ou plutôt, c'est moi, qui suis impatiente de les parcourir.

Ce que j'ai retenu, c'est que, comme le disait Paul Éluard, il n'y a pas de hasard, la vie est une série de rencontres. Ce sont elles qui nous font avancer. Que l'on juge la rencontre "bonne" ou "mauvaise", elle nous fait grandir, elle nous pousse vers une meilleure version de nous-même. Le jour où l'on perd son travail, où l'on devient dépendant, où un proche décède, on se dit que l'on a pas mérité ça, que la vie est injuste, mais ces événements nous font évoluer : on créé ou on trouve un nouvel emploi, on s'engage pour lutter contre la discrimination, contre l'alcool, contre les maladies... Une personne peut dévouer sa vie à autrui par manque de reconnaissance dans l'enfance. Ce qui était hier qualifié de "faiblesse", de "fragilité" peut devenir demain une force, peut donner un sens à une vie.

Je remercie les personnes interviewées d'avoir partagé leur histoire. Je remercie l'auteur d'avoir eu l'idée de les compiler en un livre.

Certains douteront peut-être de la véracité des faits, mais qu'est-ce qui compte finalement ? Que l'histoire soit "vraie", si une telle vérité existe, ou qu'elle suscite un intérêt, un questionnement sur soi et la vie ?

Je lisais hier soir un article sur Jules Verne dans le magazine "ça m'intéresse" et ce qui m'a frappé, c'est que malgré qu'il ne s'agisse que de fictions (Jules Verne n'avait pas de formation scientifique, bien qu'il s'intéressât aux sciences.) son oeuvre a inspiré des inventeurs, des scientifiques qui ont créé les machines de ses histoires. Malgré les approximations et les erreurs scientifiques qu'il a pu écrire dans ses récits, il a été le catalyseur de nombreuses inventions et découvertes.

Par conséquent, je recommande la lecture de ce livre pour les adultes et en particulier les femmes qui, malgré des progrès certains, sont encore loin d'avoir acquis la place qui leur revient. Il faut un certain vécu et recul sur sa vie pour pouvoir poursuivre la phrase "Je ne serais pas arrivée là si..." Celles le peuvent se doivent de partager leurs histoires pour que les femmes des générations suivantes puissent avancer la tête haute et se rappeler que chaque rencontre, chaque événement est un pas de plus vers la réalisation de l'être magnifique qu'elles sont venues incarnées.

Retour à l'accueil